Comment choisir une structure URL pour un référencement international réussi ?

Written by Franck Müller

décembre 4, 2021

Que votre entreprise soit déjà présente sur plusieurs territoires ou qu’elle ait des projets d’expansion à l’étranger, il est important de suivre les meilleures pratiques internationales en matière de référencement. Cela vous permettra d’être dans la meilleure position pour tirer parti des opportunités internationales présentes sur votre marché. 

En prenant le temps de planifier et d’exécuter avec soin votre stratégie de référencement international, vous épargnerez à votre entreprise non seulement des maux de tête administratifs mais aussi financiers.

Mais pourquoi votre site Web a-t-il besoin d’une configuration internationale en premier lieu ? Lisez la suite pour savoir pourquoi vous pourriez vouloir investir dans le référencement international, et les principales considérations à prendre en compte. 

Qu’est-ce que le référencement international ?

Pour comprendre pourquoi votre entreprise a besoin d’un site Web international, il est important de comprendre comment les moteurs de recherche comme Google explorent, indexent et présentent les sites Web à différents publics.

L’objectif d’un moteur de recherche est de présenter à ses utilisateurs le contenu le plus pertinent, le plus utile et le plus fiable. Le contenu qu’un utilisateur considère comme pertinent, utile et faisant autorité varie toutefois en fonction de la langue et du pays depuis lesquels il effectue sa recherche.

Par exemple, une personne qui recherche un détaillant de chaussures en France obtiendra des résultats très différents de ceux obtenus au Royaume-Uni. En effet, Google a compris qu’une personne effectuant une recherche en France souhaitera parcourir des sites Web rédigés dans sa langue maternelle et proposant des produits ou des services à des prix compétitifs. La présentation de sites Web rédigés dans une autre langue ou de sites Web proposant des produits non disponibles sur leur marché entraînerait une mauvaise expérience de recherche pour l’utilisateur – ce que Google cherche à éviter à tout prix !

Par conséquent, les entreprises qui souhaitent faire du commerce sur un autre marché devront s’assurer que leur site web est optimisé pour chaque public respectif. Pour ce faire, elles devront s’assurer que leur site est multirégional (c’est-à-dire qu’il cible les utilisateurs de différents pays parlant la même langue, comme le Royaume-Uni et les États-Unis) ou multilingue (c’est-à-dire qu’il propose un contenu dans plusieurs langues).

Tout comme un site Web qui a besoin d’un référencement dans son pays pour se classer organiquement pour ses mots clés cibles, un site multirégional ou multilingue aura besoin d’une stratégie de référencement internationale pour obtenir de bons résultats.

La première étape, et le sujet de cet article de blog, est de choisir la configuration optimale du site Web international.

Meilleures pratiques en matière de référencement international

Quelles sont les configurations de sites Web internationaux existantes ?

Il existe trois options principales pour construire un site Web qui peut obtenir de bonnes performances organiques à l’étranger :

  • Sous-répertoires
  • Domaines de premier niveau séparés par code de pays (ccTLD)
  • Sous-domaines internationaux

Sous-répertoires (ou sous-dossiers) 

Un sous-répertoire, également appelé sous-dossier, est la partie d’un site Web qui abrite un sous-ensemble spécifique de contenu. Les sous-répertoires sont affichés dans l’URL, en annexe à droite du domaine. Voici quelques exemples courants de sous-répertoires : www.businessname.com/blog ou www.businessname.com/shop.

Une bonne façon de comprendre les sous-répertoires est de les imaginer comme des dossiers séparés dans un classeur, le classeur étant le site Web dans son intégralité.

Les sous-répertoires vous permettent non seulement de structurer et d’organiser le contenu destiné au marché national, mais ils constituent également la première option pour les entreprises qui souhaitent se développer à l’étranger. Cette option implique que le domaine de l’entreprise soit situé sur un domaine générique de premier niveau (gTLD) .com, car il s’agit de la norme industrielle pour les sites internationaux.

Le site Web nécessiterait alors des sous-répertoires distincts sur le domaine pour cibler différents marchés, tels que :

  • businessname.com/gb/ 
  • businessname.com/fr/

Ces sous-dossiers spécifiques à chaque pays signalent à Google qu’ils sont destinés à des marchés différents. Toutefois, cela ne suffit pas.

Hreflang pour les sous-domaines

Chaque sous-domaine nécessite également la mise en œuvre des attributs de balise hreflang appropriés pour éviter d’être considéré par Google comme un doublon, même s’il est traduit dans différentes langues. Les attributs de balise hreflang indiquent explicitement à Google la langue que vous utilisez sur une page spécifique, afin que le moteur de recherche puisse proposer ce résultat aux utilisateurs effectuant des recherches dans cette langue. Par exemple, les attributs de balise hreflang suivants indiquent à Google que la page est destinée à un public américain (d’où « en-us »).

<link rel= »alternate » href= »http://example.com » hreflang= »en-us » />

Si les moteurs de recherche comme Google sont incroyablement doués pour comprendre le contenu d’une page, ils ont néanmoins besoin d’informations sur les versions localisées de vos pages pour pouvoir les différencier. Outre les attributs de la balise hreflang, chaque sous-répertoire spécifique à un pays doit idéalement être géociblé dans Google Search Console.

Nike.com est un excellent exemple de site web utilisant cette approche. Le géant mondial des vêtements de sport a choisi de proposer du contenu pour chacun de ses marchés dans le gTLD .com, le contenu de chaque territoire étant disponible dans un sous-dossier spécifique au pays avec les attributs de balises hreflang appropriés. 

Avantages des sous-répertoires 

  • Il peut y avoir moins de gestion technique et de frais généraux à long terme, par exemple pour l’hébergement.
  • Chaque sous-répertoire spécifique à un pays héritera de l’autorité des autres sous-répertoires du même gTLD, ce qui signifie que tout lien retour gagné pour un marché profitera à un autre, bien que dans une moindre mesure. Chaque sous-dossier spécifique à un pays aura toujours besoin de backlinks spécifiques au pays et à la langue.
  • Les sous-répertoires peuvent être construits pour cibler les utilisateurs de plusieurs pays qui partagent la même langue.

Inconvénients des sous-répertoires

  • Si l’option des sous-répertoires convient à certaines entreprises, il est important de se rappeler qu’un nom de marque, en particulier celui d’un domaine à correspondance exacte (EMD), ne se traduit pas toujours bien dans d’autres langues. Les noms de sites Web qui ont peu de signification sur un marché étranger auront probablement du mal à obtenir un bon classement organique, sans parler d’un taux de clics positif.
  • Une approche multisite signifie que tous les sites peuvent être modifiés à partir du même CMS, ce qui peut prêter à confusion et entraîner des erreurs. De plus, une seule violation de données peut affecter l’offre de services de l’entreprise sur tous les territoires.

Domaines de premier niveau avec code pays (ccTLD)

Un domaine de premier niveau de code pays (ccTLD) indique aux utilisateurs et aux moteurs de recherche dans quel pays ou territoire indépendant un site web est enregistré à l’aide d’un code pays à deux lettres. Il donne une forte indication sur les personnes susceptibles de trouver le contenu pertinent en fonction de leur lieu de résidence.  

La création d’un nouveau ccTLD entièrement distinct est la deuxième option disponible pour les sites web qui se développent sur de nouveaux marchés. 

Par exemple, une entreprise britannique standard peut avoir son site web actuel comme suit :

  • www.businessname.co.uk

Le « co.uk » est le code pays du domaine, ce qui signifie qu’il sert à indiquer le marché sur lequel le pays est censé être classé. Si cela permet au site Web d’être bien classé sur ce marché particulier, il est pratiquement impossible qu’il soit vu dans d’autres pays. 

Pour cette raison, une entreprise qui souhaite se développer à l’étranger devra soit migrer vers un gTLD ‘.com’, soit acheter un nouveau ccTLD pour le pays qu’elle souhaite cibler. Une entreprise qui cherche à se développer sur le marché français peut acheter un domaine tel que :

    • www.businessname.fr 

Flixbus est un bon exemple d’entreprise utilisant la voie des ccTLD. Comme pour l’option des sous-dossiers, le site web devra mettre en place des balises hreflang entre les deux sites pour s’assurer que Google et les autres moteurs de recherche considèrent que le contenu de chaque site est destiné à des publics différents.

Une image montrant la balise hreflang mise en place pour Flixbus

Il est important de garder à l’esprit, cependant, que les sous-dossiers ciblant des territoires différents ne peuvent pas être construits sur un ccTLD.

Avantages des domaines distincts 

  • Le contenu peut être hiérarchisé et le site peut être lancé avec seulement le contenu clé au lieu de risquer d’avoir des sous-répertoires à moitié traduits. 
  • Le fait d’avoir des domaines séparés offre la possibilité d’utiliser des systèmes de gestion de contenu différents pour éviter toute confusion. Il est également possible de gérer plusieurs pages clés, telles que la page d’accueil, sur les deux sites.
  • L’hébergement du site international sur son ccTLD local renforcera ses signaux de classement locaux et augmentera ses chances d’être bien classé sur le marché cible.
  • Le public étranger peut être particulièrement favorable aux sites Web « ccTLD », car il y voit un signal de confiance. L’Allemagne en est un exemple.
  • Si le nom de votre marque ne signifie pas grand-chose pour le marché étranger, le fait d’avoir un domaine séparé avec un nom de marque spécifique au pays vous donnera probablement plus de chances de réussir votre entrée sur le marché.

Inconvénients des domaines séparés

  • Plus coûteux à court terme de créer et d’héberger un nouveau domaine.
  • Certaines considérations clés en matière de service à la clientèle et d’entrée sur le marché doivent être revues : adresse, équipe du service clientèle, numéro de téléphone, etc.
  • Le domaine devra construire son autorité à partir de zéro.
  • Les liens devront être créés pour chaque site séparément, ce qui signifie que la création d’une autorité sur un nouveau marché prendra plus de temps.

Sous-domaines

Les sous-domaines sont des parties du domaine principal qui peuvent être traitées séparément, un peu comme des sous-dossiers différents pour des marchés différents. Ils se situent généralement devant le domaine principal, comme uk.companyname.com pour une entreprise ciblant le marché britannique. 

Certains outils CMS ou proxies adoptent ce comportement par défaut, ce qui en fait une technique populaire pour de nombreux sites Web internationaux.

Une entreprise peut décider d’utiliser des sous-domaines pour cibler son contenu sur différents marchés, à condition d’utiliser les bons attributs de balise href lang pour aider les moteurs de recherche à diffuser le contenu sur les bons marchés.

Gymshark est un bon exemple d’entreprise utilisant la voie des sous-domaines.

Avantages des sous-domaines

  • Les sous-domaines sont la valeur par défaut de certains outils CMS.
  • Ils ont un lien avec l’autorité actuelle du site principal en matière de référencement, ce qui peut améliorer les performances lors du lancement dans un nouveau pays.
  • Ils ne nécessitent pas l’achat de nouveaux domaines.

Inconvénients des sous-domaines

  • Les sous-domaines sont considérés comme une entité distincte du domaine parent pour les liens, donc chaque sous-domaine nécessitera une stratégie unique de référencement et de création de liens.
  • Pas d’association automatique de l’utilisateur avec le pays cible, contrairement aux ccTLD.
  • L’utilisation du ciblage linguistique n’est pas courante, ce qui pourrait dérouter les utilisateurs.

Quelle structure URL me convient le mieux ?

Le choix de la solution la plus adaptée à votre entreprise dépend d’un large éventail de critères. 

Si vous utilisez déjà un ccTLD :

Si votre site existant se trouve sur un ccTLD britannique, il est peut-être préférable d’acheter le ccTLD équivalent sur votre marché cible pour éviter une migration coûteuse du site vers un gTLD .com.

Si vous envisagez de vous étendre sur plusieurs territoires : 

Cependant, si vous prévoyez de vous étendre à plusieurs territoires et que vous souhaitez partager toute autorité construite à travers chaque pays, il est peut-être préférable de choisir la voie du sous-répertoire. En outre, choisir cette voie peut également s’avérer moins coûteux que d’acheter et d’héberger de nombreux ccTLD.

Si vous devez choisir entre le multirégional et le multilingue : 

Une autre considération est de savoir si votre objectif est principalement multirégional ou multilingue. Si vous achetez un ccTLD, il est pratiquement impossible d’être classé dans un pays autre que celui visé. En revanche, les sous-répertoires sont légèrement plus flexibles et peuvent être adaptés pour cibler plusieurs pays et régions avec les mêmes langues.

La voie du sous-domaine offre des avantages similaires à celle du sous-répertoire, mais il semble que Google et les autres moteurs de recherche ne transmettent pas l’autorité aux sous-domaines. Elle ne bénéficie pas non plus des avantages de la voie du domaine distinct, ce qui en fait peut-être la moins intéressante des trois options. 

 

Related Articles

How do you optimize page titles and meta descriptions?

Support meta descriptions with strong page titles, use the keyword but don't overuse it, place the keyword close to the title, focus on readers, not just search engines, show benefits and value, include your brand name if necessary, write Write 50 to 60 characters,...

How do you optimize a title?

To optimize title tags, it's important to know what your audience is looking for and how they're looking. In many cases, title tag optimization is just the beginning or an entry point. Until you're at the top of SERPs, it probably doesn't make sense to focus on small...

How do you optimize page titles?

To optimize title tags, it's important to know what your audience is looking for and how they're looking. In many cases, title tag optimization is just the beginning or an entry point. Until you're at the top of SERPs, it probably doesn't make sense to focus on small...

Stay Up to Date With The Latest News & Updates

Access Premium Content

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque

Join Our Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque

Follow Us

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque